AVANT CE SOIR

club_des_cinq_79   En petit cadeau de Noël tardif, je voulais vous parler d’une chanson très inédite de Vincent puisqu’elle n’a dû être chantée que lors des premiers concerts de la tournée 2004 ainsi qu’à la Cigale de la même année. Il s’agit du morceau  Avant ce Soir  dont le titre définitif n’est pas vraiment déterminé pour les raisons que vous devinez. Certains l’appellent aussi « Le Club des Cinq ».

    Il est bon de rappeler que ce spectacle, avant d’être amputé de quelques voix off et autres transitions à rallonge qui, certes, pouvaient être très drôles mais avaient tendance à alourdir l’ensemble du concert, avait pour fil conducteur l’étrange relation entre l’auteur et la très british Charlotte Carrington, personnage récurant né dans la chanson éponyme du premier album. La fameuse Charlotte, celle qui fait des projets qui s’annulent, réapparaît donc et Vincent nous en dit un peu plus sur sa vie, ses copines mangeuses de pistaches qui décochent des phrases mythiques telles que « En même temps c’est plus facile de critiquer que d’agir », ses citations affichées sur la porte des toilettes  et autres petites excentricités.

    En même temps, détail étonnant la chanson « Charlotte Carrington » ne sera jamais interprétée lors de cette tournée si bien que l’on peut se demander si les deux sont finalement les mêmes. 

    Delerm, comme beaucoup d’auteurs aime bien plonger dans l’intimité des jeunes filles. C’est ce qu’il fait notamment dans cette chanson où il fouille les tiroirs de Charlotte comme pour fouiller dans son passé. Il est étrange cependant de constater que la soi-disant chambre de la si British Charlotte Carrington et son accent à couper au couteau soit peuplée de détails si typiquement français : « la collection de dauphins » devenus à la mode après la sortie du Grand Bleu, « Panoplie de Schtroumpfette », « Echantillons de parfum dans une chambre à Saint Malo», « Les misérables ». A qui appartiennent la version française du "Club des Cinq mène l’enquête" (*) et la maîtrise sur les nouvelles structures moléculaires ? Est-il bien dans la chambre de l’anglaise ? Dans le cas contraire, pourquoi sa voix est-elle omniprésente dans cette chanson ? Et que vient faire cette utilisation si fréquente du « vous »  ? A qui s’adresse l’auteur ? Tout ceci ressemble étrangement à l'une de ces fameuses chansons écrites pour deux, comme si un couple naissant se racontait ses histoires passées avant d'entamer la leur. "Il faudra composer avec nos histoires anciennes." Il semblerait finalement que la voix de Charlotte ait été rajoutée un peu au dernier moment, venant rendre une chanson simple un peu obscure. Dommage...

    En parcourant le texte « chanté », on retrouve cependant les ingrédients habituels du cuisinier Delerm : les posters, les lieux de visite, les noms propres, les gares, les chambres d’étudiant, les histoires d’amour qui rendent mélancoliques...

    Chanson en trois parties, comme trois parties importante de la vie, chacune étant ponctuée par un extrait littéraire dont le genre diffère sensiblement et lus par Charlotte : un passage de « Le Club des Cinq Mène l’Enquête », symbolisant l’enfance, l’introduction de la terrifiante maîtrise scientifique venant clore une époque estudiantine, et enfin une étrange lettre de rupture, où l’homme enfant encore passionné par la pop anglaise entre dans le monde des adultes et ses problèmes sentimentaux compliqués.

    Je pense personnellement que l’intérêt de ce morceau vient de ces trois extraits, qui, en concert, sont certainement passés trop furtivement sans que l’on puisse y réfléchir mais la lettre finale, notamment, est extrêmement drôle et extrêmement triste, très "delermienne" rappelant vaguement un certain Nick Hornby.

Je vous laisse apprécier.

   

La collection de dauphins

Dans une chambre à St Malo

Les échantillons de parfums

Dans le 4ème tiroir du bureau

Pas seulement les choses avouables

Panoplie de Schtroumpfette

Pas seulement "Les Misérables"

Egalement "le Club des 5 mène l'enquête"

Avant ce soir

Nos visages face à face

Par quelles histoires

Etes-vous passé depuis Fantomas 

Lalalalalala

(Extrait lu par Charlotte Carrington) Le club des cinq allait s’installer sur la plage. François déballait les provisions le panier contenait des sandwichs variés, du poulet froid, de gros gâteaux, des fruits et deux bouteilles de limonade sortant du frigo. Voilà de quoi se régallait Mick.  « Waf waf » fit Dagobert en mettant son nez dans le panier. "Je ne connais rien de plus agréable que de manger une bonne glace étendu sur le sable chaud" déclara Mick. Quelle joie de penser qu’il nous reste encore trois semaines de vacances !

Dans quel square, sur quelle pelouse

Vous a-t-on embrassé

Sous un poster de Tom Cruise

Ou au Futuroscope de Poitiers

4 années qui s'éternisent

Chambre universitaire

J'aim’rais lire votre maîtrise

Sur les nouvelles structures moléculaires

Avant ce soir

Et le plafond éteint

Quel quai de gare

Quels trajets, quels horaires de trains

Lalalalalala

(Extrait lu par Charlotte Carrington) Le développement des théories modernes sur la structure moléculaire peut être divisée globalement en trois périodes : a) Première période allant de l’acceptation de la théorie atomique au 19ème siècle jusqu’à la découverte de la structure fine des atomes vers la fin de ce siècle. b) Deuxième période allant de la découverte de l’électron jusqu’à l’avènement de la mécanique ondulatoire et couvrant les deux premières décades du 20ème siècle. c) Troisième période, celle où se sont élaborées définitivement les théories d’aujourd’hui en vigueur commençant à la découverte du caractère ondulatoire de la matière

Le visage sur l’oreiller

Avez-vous réussi

Lentement à l'oublier

Sentez-vous son parfum chaque nuit

Il faudra composer

Avec nos histoires anciennes

Elle portait des jupes plissées

Il attrapait deux angines par semaine

Lalalalalala

(Extrait lu par Charlotte Carrington) « Charlotte,  cette nuit, je me suis souvenu de la manière dont se sont séparés les Smiths après l’album Strange Ways Here We Come en 87. Il y avait juste écrit en travers d’une page du Melody Maker : « Johnny Marr est parti, les Smiths s’arrêtent ». J’avais pensé à l’époque qu’il serait difficile de formuler une séparation mieux que par cette phrase là : « Johnny Marr est parti ».  Je m’en vais ce soir et j’aime l’idée que nous nous séparons comme les Smiths, que ce sera écrit en grand après-demain, dans le Melody Maker et que cela nous fera pleurer à deux endroits différents. »

Avant ce soir

Avant ce soir

Avant...

ce soir

(*) Notons que le titre de ce roman du Club des Cinq n'existe pas. En revanche, dans la série des "Michel", il y a bien "Michel mène l'enquête".