Si vous tapez http://www.vincentdelerm.com/ , vous découvrirez un site très sophistiqué aux teintes rouges, arborant de magnifiques photos et semblant contenir des informations primordiales sur l'actualité de Vincent. Pourtant, vous vous rendrez vite compte que toutes ces news sont à présent obsolètes malgré le nombre toujours importants de connectés.

  En effet, ce site a été créé en 2004, lors de la parution du deuxième album "Kensington Square". Cela semblait pourtant bien parti, avec un forum des plus actifs, des vidéos, des dates de concerts à jour, des photos et une biographie assez complète.

  Malheureusement, le site a cessé toute activité après un an de bons et loyaux services. Est-ce à cause de la lourde tâche qu'exigent les mises à jour d'un site? A cause de certaines difficultés rencontrées sur le forum comme l'apparition de certains membres perturbateurs ou bien encore la grève des salariés travaillant pour le serveur qui a interrompu le forum pendant plusieurs mois?

  Ajoutons à cela un inintérêt évident de Vincent pour tout ce qui concerne l'informatique et plus particulièrement le monde inquiétant et cruel d'Internet. En effet, pas toujours facile pour un artiste d'aller parcourir les pages du net où se délient parfois les langues les plus sévères et les plus immodérées.

  Cependant, retenons de cette tentative "virtuelle" un texte capital, un EDITO écrit par Vincent Delerm lui-même, à l'époque où le site ouvrait ses portes et que tout s'annonçait sous les meilleures hospices. C'est aujourd'hui une pièce de collection, que je vous invite à lire ici si vous ne l'avez pas déjà précieusement enregistrée sur vos disques durs.

Alors voilà. Je ne suis pas un grand passionné d’internet, ni d’informatique en général.

Cette petite affaire a commencé très tôt.

En CE1, Madame Avelyne nous initia au charme du T07, nous apprenant qu’il était possible de dessiner une maison et d’en modifier les couleurs à loisir. Bon.

Dans un deuxième temps, il m’a fallu me faire battre à plates coutures par des amis d’enfance sur des circuits de formule 1 simulés et des combats de Kung Fu discutables.
Admettons.

Dix ans plus tard, à Blois, à l’occasion des trois jours, un écran macintosh valida mon inaptitude à piloter un avion de chasse (alors qu’il suffisait de me poser la question, j’aurais avoué facilement et nous aurions gagné du temps…).

Enfin, depuis l’âge de 20 ans, je suis comme toute personne peu sensible au charme de Google, assailli plusieurs fois par semaine par l’idée qu’internet a modifié nos existences car là où l’historique des châteaux de la Loire demeurait d’un ennui profond dans de vieux manuels poussiéreux, il est à présent d’un ennui profond sur de jolies pages www.chateauxdelaloire.com.

Ces quelques lignes sont vraiment un bon point de départ pour la promotion d’un site internet, je pense.

Cependant le paradoxe n’est pas si vaste car, ne disposant donc pas personnellement du moyen d’observer ce qui se passe à mon sujet sur le net, il semblait nécessaire d’ouvrir un espace dont je puisse me tenir globalement pour responsable et qui me ressemble un peu.

Pour être tout à fait franc, l’aspect qui m’a conduit à souhaiter la création de ce site est la volonté d’avoir un lieu où, idéalement, il ne serait question que d’écriture, de chansons (pas que les miennes), de concerts (pas que les miens) et finalement assez peu de ma coiffure, du choix de mes t-shirts ou de la question de savoir si j’effectuerai mes prochains concerts avec ou sans lunettes.

J’ai la chance, depuis deux ans, d’avoir rencontré avec vous un public nombreux, enthousiaste et attentif à la fois pendant les concerts, chaleureux et discret dans la rue quand je me fais aborder et c’est sans doute aujourd’hui l’aspect des choses auquel je suis le plus attaché. Je suis intimement persuadé que la majorité d’entre vous souhaite poser des questions, émettre des avis, échanger des idées à propos de ma musique, de mes textes, éventuellement de mon attitude sur scène ou dans telle émission (car cela fait partie des composantes de l’activité de chanteur) mais toujours dans une perspective liée à ce petit domaine qu’est la chanson.
Je suis sûr que vous comprenez et je ne me fais d’ailleurs pas trop de souci…

Par ailleurs, concernant le nouvel album, Vincent Frèrebeau (qui dirige le label tôt Ou tard) et moi avons pris une décision dont je veux vous dire un mot. Vous n’êtes pas sans avoir constaté qu’il n’est actuellement pas un album qui ne sorte sous une forme "collector", généralement avec un coffret luxe, un livret plus étoffé, un DVD ou 2ème CD offert, et ce pour combattre la crise du disque liée au piratage. Evidemment, si certains sont heureux de posséder ce que d’autres n’ont pas, on peut envisager également à l’inverse que d’autres soient déçus de ne pas avoir ce que certains possèdent…

Partant de cette réflexion, Vincent Frèrebeau m’a laissé faire un CD qui sortira en édition unique (et je vous promets que ce n’est pas une décision ultra avantageuse pour une maison de disque.)
Comme cet album a été conçu dans mon esprit en deux parties de 5 titres, il y aura en revanche une édition vinyle qui correspond juste de ma part à un fantasme personnel indéfendable.

Voilà pour les nouvelles, j’ai hâte d’être au 6 avril et d’atterrir dans quelques unes de vos platines…

A tout bientôt.

Vincent Delerm

Edito tiré de feu le site Officiel.